Pas de pluie, pas de fleurs

 

Comment commencer cet article? A vrai dire, je ne sais pas vraiment... Et cette réponse, c'est bien la seule que j'ai trouvée pour répondre à mes interrogation de la semaine. Semaine qui, en plus de la pluie, était tout sauf chouette / heureuse / amusante / plaisante / kiffante (barrez les mentions inutiles!). A tel point que je n'arrivais même pas à trouver du positif dans mes journées... C'est grave docteur? La réponse demeurait "Je ne sais pas".

 

Je ne fais pas cet article pour me plaindre de quoi que ce soit, puisque mon dicton "repère" si je peux dire est: "Il y a toujours pire que soit dans la vie". Rajouter à cela l'adolescence qui est pas vraiment la meilleure partie de sa vie (quoi que...)... Mais j'avais vraiment envie d'écrire sur le blog et de vous parler un peu, à vous, mes lecteurs.

 

Pour vous resituer un peu, c'est comme si j'étais dans une pièce de théâtre à caractère tragique où j'était coincée; quoi que je fasse ne faisait qu'empirer le problème ou bien en créer un autre tout aussi embêtant.

Alors oui, je sais que j'ai quelques défauts qui n'aident pas dans ces situations. Je me sentais mal quand je rentrais chez moi (et je m'ennuyais) et tout les petits tracas du quotidien étaient accentués 10 fois +. J'ai donc essayé plusieurs "techniques" qui ont + ou - marchées sur moi, les voici:

 

  • ​respirer profondément, faire le vide dans ma tête et me dire que tout ce à quoi je pense, je le mets dans une boîte que je laisse loin de moi. Et, quand je n'arrivais pas à le faire, je faisait quelque chose qui me détendait
  • j'ai écris, écris, écris... Déjà, parce que j'aime ça, mais aussi parce que je me sentais plus légère. C'est comme si coucher vos ennuis sur le papier était un moyen de le dire à quelqu'un (même si c'était plutôt quelque chose mais bon...).
  • j'ai parlé avec des gens chers à mes petits yeux et j'ai un peu vidé mon sac sur eux (d'ailleurs, désolée...^^)
  • je regardais des citations et je me disait: "Pas faux" ou "Ah mais ouiiiii" et même "Il est pas con lui en fait...". D'ailleurs, en voici une qui m'a beaucoup plus et que je trouve assez significative:​

 

"C'est parce que, dans ton cœur c'est marrée haute que l'eau te monte au bord des yeux"

Comme si prendre les choses à la légère, surplomber tout ça, ça aidait. Et, c'est marrant (pas vraiment en fait) parce que ça me fait le même effet avec certaines personnes. Comme si elles faisaient autour de moi une bulle de bien-être et de calme et que chaque problèmes étaient petits comparés à moi.

Me couper (un peu) des réseaux sociaux m'a aussi aidé. Il est vrai que sur Instagram, SnapChat etc..., on a l'habitude de montrer le meilleur de nous, de notre vie, et, en aucun cas on montre les mauvais moments. Bien sûr, je suis tombée dans le panneau. Personne n'a de vie parfaite et je me suis rendue compte que je me mesurais à ces personnes là qui, au passage, sont vraiment superbes. Je pense que l'on peut comparer ses photos, trouver de l'inspiration dans certain comptes mais il ne faut pas comparer sa vie à celle des autres...

Et bien voilà... Je finirais cet article en disant qu'après la pluie vient le beau temps et qu'il faut rêver ...

... beaucoup!

Pas de pluie, pas de fleurs
Retour à l'accueil